Paul Beaupère, auteur illustrateur

Concours BD Saint-Arthur

In Uncategorized on 12 mars 2021 at 12 h 03 min

Concours !C’est aujourd’hui le grand jour ! Brune, Alex, Charlotte et tous les autres débarquent en images ! Alors, si vous voulez gagner un exemplaire dédicacé de ce premier tome des aventures de la Famille Saint-Arthur en bande dessinée chez Éditions MAME, likez, partagez et commentez par là… Les folles Aventures de la famille Saint-Arthur ! Six exemplaires seront tirés au sort, deux parmi ceux qui auront liké, deux autres pour ceux qui auront commenté et les derniers pour les partageurs ! Bonne chance et à dimanche soir pour le résultat !

Hausse des températures

In Uncategorized on 2 février 2021 at 11 h 55 min

Aujourd’hui c’est jour de fête, non seulement on fait des crêpes, mais en plus, les Saint-Arthur sont en vadrouille! En effet, aujourd’hui la première BD des Saint-Arthur est partie chez l’imprimeur! Après un formidable travail de Marine Gosselin reine des crayons et du pinceau, après un gros travail de Camille, impératrice des éditrices et après quelques mots de votre serviteur… voilà que le bébé va pouvoir pointer le bout de son nez. Alors, en avant première mondiale, je vous laisse découvrir la couverture de  » Hausse des températures » bien sûr publié chez Éditions MAME qui sera chez vos libraires le 12 mars! Allez, vive les crêpes, vive le printemps et vive les Saint-Arthur!

14 fructidor, 31 août, la noix (Aristide)

In Uncategorized on 31 août 2020 at 8 h 48 min

En ce 14 fructidor, parlons de la noix. Elle mérite, c’est une évidence, tout autant, si ce n’est plus, que tous les Aristides du monde, fussent ils brillants, que cette journée lui soit consacrée. Aristide qui, convenons-en, le 31 août, se prend un peu pour le roi du pétrole.Voilà un fruit révolutionnaire ! J’en vois déjà qui ricanent (je déteste les ricaneurs, vous avez le droit de persifler, de brocarder, de dauber, de railler, de douter même, vous pouvez huer, charrier, mais ricaner est interdit. Le ricanement est la manifestation des esprits faibles et nuisibles, ce que vous ne pouvez pas être, puisque vous êtes en train de me lire) ! Donc, disais-je avant de m’interrompre moi-même, ce qui n’enlève rien la grossièreté de la chose, je sais que certains doutent de l’esprit révolutionnaire de la noix. C’est la preuve que vous n’avez jamais été sous un noyer à l’automne, en cette saison délicieuse où, ouvrant ses vertes bogues, l’arbre généreux laisser tomber ses fruits précieux. Et si jamais l’arbre refusait de s’exécuter ? (Le terme, pour violent qu’il soit, n’en est pas moins fort à propos quand on parle du calendrier qui sévit entre 1792 et 1806, période entre toutes où l’on pratiqua l’exécution comme un des beaux arts.) Si vous n’avez jamais vu une gaule secouer un noyer et faire pleuvoir les boules brunes, si jamais vous n’avez vu rouler les noix et les petits cerveaux de chair blonde et fraîche qu’elles dissimilent sous leurs coques, si une fois dans votre vie, une seule, vous aviez assisté à cette scène, vous sauriez alors ce que ressentait la tricoteuse assise place de la république et qui, chaque jour, se délectait à la moisson de la veuve et regardait rouler en deux moitiés inégales ce qu’il restait de ceux qui s’étaient fait gauler par des furieux de l’égalité, ces ci-derrière qui allaient en montrant le leur. Alors, bonne fête à toi petite noix.

%d blogueurs aiment cette page :