Paul Beaupère. Un ordinaire de Supers-héros.

Souvenirs d’avion

In Trucs et machins. on 14 octobre 2015 at 18 h 27 min

L’enfant criait depuis deux heures, comme s’il allait mourir. Muets depuis cent vingt minutes, ses voisins se demandaient comment ils allaient bien pouvoir le tuer.

De mon voisin de devant je ne voyais que le haut du crâne, de celui de derrière que les pieds qui dépassaient sous mon siège.

Tuer un enfant qui crie dans un avion n’est pas une bonne solution, on risque fort d’entendre pleurer la mère le reste du voyage.

Vue du ciel la terre paraît bien rangée. Un peu comme la chambre de mon fils vue depuis l’autre bout de la ville.

Est-ce que dormir dans l’avion c’est s’envoler deux fois ?

Alors que les vaches regardent passer les trains, pourquoi ne se n’y a t’il pas d’oiseaux pour regarder passer les avions ?

Les circuits de train miniatures doivent être construits par des pilotes d’avion.

Si, depuis un avion, vous prenez une baleine en photo, elle peut croire qu’elle a réussit son régime.

Vus d’avion, les types qui tracent des routes passeraient facilement pour des ivrognes.

Elle avait définitivement oublié l’usage du sourire et du peigne, faisant ainsi le malheur de son époux et le bonheur des poux.

L’avion refusait obstinément de décoller. Il avait eu la bonne idée de tomber en panne au sol plutôt qu’en vol.

Dans la cabine du pilote, des techniciens en gilet orange se repassaient une check-list qu’ils hésitaient à signer. Nos permis d’inhumer y figuraient-ils ?

Un passager, qui la veille avait réussi à faire redémarrer son aspirateur, proposa ses services aux pilotes !

Avec la clim à fond, le bruit était tel qu’en fermant les yeux, on pouvait avoir l’impression de voler.

La panne était certainement expliquée quelque part dans le manuel… Mais ce dernier faisant 500 pages, le pilote préféra s’en remettre à sa bonne étoile.

Elle avait baissé son siège au niveau de son QI. Il lui fut donc très difficile de comprendre pourquoi le relever m’aurait été plus confortable.

La chance voulut que notre avion tombât en panne au sol. La malchance voulut que ce soit notre avion.

Sa plume glissant décidément bien mieux sur les premières pages de ses petits carnets noirs, il écrivit donc son roman sur 853 carnets.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :