Paul Beaupère. Un ordinaire de Supers-héros.

Archive for février 2018|Monthly archive page

10 ventôse

In Trucs et machins. on 27 février 2018 at 9 h 35 min

10 ventôse, 28 février, la bêche (Romain)

 

Encore une de ce petites, de ces discrètes, une humble qui se penche sur la terre pour la caresser quand le soc de la charrue lui, la retourne et la bouleverse. Caché au milieu des râteaux et des pelles, notre héroïne du jour, il faut que je me surveille, j’ai failli écrire reine, sait rester dans l’ombre du réduit ou elle attend que vienne la saisir la main calleuse et rude qui en fera ce bel instrument au service de la nourricière nature. Oh, Dieu, comme tout cela est beau, bucolique… Et pourtant, il me semble qu’il manque quelque chose à ce tableau de rêve… Mais où donc est, dans tout ceci, la fougue du révolutionnaire, la foi ardente de celui qui vient du passé faire table rase et reconstruire un monde plus beau et plus juste ? Allez, douce bêche, fait ton office, devient instrument de justice, cesse de caresser la terre, dans la gueule il faut que tu la lui mettes au ci-devant qui regarde par trop en arrière, dans sa face d’ancien régime en trois coups tu le débines ! Ah, voilà qui est mieux, le sang à coulé, allons reprendre un café et dans l’appentis notre bêche ranger. Bonne fête gentille bêche.

bêche

Publicités

27 Pluviôse

In Trucs et machins. on 15 février 2018 at 9 h 24 min

27 Pluviôse, 15 février, le noisetier (Claude)

 

De tous les habitants de nos forêts, il est loin d’être le plus grand, le plus haut, le plus fort, le plus gros, le plus rare, le plus cher, le plus plus… Non, le noisetier est discret, frêle, fragile, il n’est pas du bois dont on fait des charpentes pas plus que des commodes marquetées, sauf si bien sur on est un écureuil. Un parfait petit candidat à la révolution donc. Petit chez les petits, humble chez les humbles, il grandit à l’ombre des autres, lui dont la tête ne dépasse jamais, il regarde le chêne d’en bas, du châtaignier il ne voit que les racines, du hêtre le pied. Mais voilà, ce discret n’est pas celui que l’on croit ! Il fournit en noisette l’écureuil, ce parfait petit bourgeois qui accumule et cache un peu partout ses trésors, comme un petit porteur ses actions, dans mille banques. Le noisetier fourni au sourcier la baguette, non pas celle de Harry ou de celui dont on ne doit pas dire le nom, au sourcier dis-je pas au sorcier, la baguette de coudrier, car c’est le second nom du noisetier, celui qu’il prend pour passer incognito et donner de l’eau à tous, pour pas un assignat fut il émit par Talleyrand et ses copains. Voilà donc que nos amis aux bonnets presque grecs et un rien turcs, se montrent peux rancunier et offre à ce si peu révolutionnaire arbuste sa journée. Bon, remarquez qu’il lui donne une de ces journées à ne pas mettre la feuille dehors, à peine le bourgeon au balcon. C’est en hiver, quand il est à poil, que le noisetier est célébré par le révolutionnaire.

noisette

Vive le printemps

In Actu-book. on 14 février 2018 at 15 h 53 min

Plus que pas longtemps avant le printemps, aussi est il très urgent de filer acheter mon herbier! Stop! Stop, partez pas comme ça! Il ne sort que le 9 mars, alors prenez votre temps, mais le 09-03 à 9h 03, je vous veux devant les portes des librairies! ( Je ferais le tour pour vérifier…)
Au passage, c’est pas moi que j’ai dessiné la couverture, c’est Romain Ronzeau, mais je la trouve super top belle!

Herbier

25 pluviôse

In Trucs et machins. on 13 février 2018 at 13 h 14 min

 

25 pluviôse, 13 février, le lièvre (Béatrice)
Il est bon de n’en courir qu’un à la fois, dit le proverbe, ce que ne firent point ceux qui à cet animal donnèrent ce jour. Voulant tout à la fois le beurre, l’argent du beurre, le sourire de la crémière et trancher le cou du crémier, ils finirent par y laisser leurs propres cols. Changer en un jour ce que le monde fit en plusieurs siècles, voilà ce qu’en animaux pressés, et imitant là ce fébrile mammifère, s’acharnèrent à faire nos amis révolutionnaire, mais voilà, et ce bon Jean l’avais déjà dit, rien ne sert de mourir il faut guillotiner à point, et couic, ils y laissèrent la vie ! James Dean, qui bien plus tard révolutionna l’Éden et fut un Géant de courte vie, avait pour devise « vivre vite, mourir jeune et faire un beau cadavre », nos amis lièvre ne firent pas les choses à moitié sauf pour les cadavres qu’ils s’obstinèrent à diviser !

lièvre

huitain…

In Trucs et machins. on 9 février 2018 at 11 h 28 min

Quand la poésie nuit, ou le huitain qui tue!

Croquis du matin-129

20 pluviôse

In Trucs et machins. on 8 février 2018 at 10 h 31 min

20 pluviôse, 8 février, la serpette (Jacqueline)
Petite, discrète, elle est à la serpe, ce que l’artisan est à l’industriel. Elle découpe et décolle avec attention et précision, elle fignole, passe dans les coins, n’oublie personne, ni le brin d’herbe qui s’est caché contre la marche de l’escalier du jardin ni celui qui s’est collé au pied du grand arbre. Quand il était enfant, car même lui a été petit, c’est avec une serpette que l’Ankou devait aller par les chemins, faucher vies et âmes. C’est sans doute en regardant son petit sans-culotte et en pensant à ce nocturne breton que le révolutionnaire donna à la serpette son jour et lui fit sa fête, à elle qui, dans les grandes occasions, saurait bien faire rouler quelques têtes !

serpette 2

18 pluviôse

In Trucs et machins. on 6 février 2018 at 9 h 28 min

18 pluviôse, 6 février, l’if (Gaston)
Celui-là est un copain des furieux du bonnet, ils devaient le savoir, les acharnés de la décollation, que depuis fort longtemps cet arbre-là symbolise la mort ! La mort, quel bonheur ! Ce bois-là est de justice sans même avoir besoin d’une lame, par ses seuls fruits voilà qu’il suppriment des âmes ! De son bois on fit des arcs qui, oh grâce et félicité, semèrent la mort dans toutes les contrées ! Ah oui vraiment je vous le dis, celui-là mérité sa fête ! Sauf, sauf, sauf si par malheur il se trouve quelques furieux anglophones, malheur à l’anglophile en ces temps ou l’Albion, plus perfide encore que d’habitude, abrite moult ci-devant en fuite. Si jamais un furieux réfléchit, qu’il vient à se dire, « if » c’est « si » , si c’est « si » c’est qu’on commence à argumenter, à coup de « si » on remet le roi à sa place et on laisse les têtes sur les épaules !!! Alors sus à l’if ! Aujourd’hui c’est sa fête, mais demain, c’est à la scie que l’if répondra de son « si » !

if arbreIf-coulif

15 pluviôse

In Trucs et machins. on 3 février 2018 at 15 h 14 min

15 pluviôse, 3 février, la vache (Blaise)

Bonn fille, elle donne tout. Sa viande à qui en veut, son lait à qui la trait, sa peau à qui la tanne. Bonne fille, elle regarde de ses yeux tendre passer les charrettes des têtes qui n’ont pas encore roulé, elle plaint ceux qui vont incliner le col et laisser le rasoir les rafraichir de trop près. Aux anars elle laisse son nom pour crier leurs envies de meurtres, aux acariâtres, son nom aussi, pour parler de leurs moitié dont ils sont plus que rassasiés, aux trains qui passent un coup d’œil, à nos frigo celle qui rit, bonne fille, elle donne vraiment tout. Alors avouons le, si il y en a une qui a bien mérité d’avoir sa journée, c’est bien nôtre vache et demain… Sur nos pieds, dans nos assiettes, en steak, en petits suisses, en yaourt ou en milkshake, demain nous ne l’aimerons pas moins !

vache

13 pluviôse

In Trucs et machins. on 1 février 2018 at 9 h 05 min

13 pluviôse, 1 février, le laurier (Ella)

Fini d’orner le chef de César ! Fini, de donner du goût à la viande, il est grand temps pour lui d’avoir sa journée ! Le laurier est célébré ce jour et il entend bien en profiter ! Alors, ne vous étonnez pas si vous le voyer passer avec un Jules sur la tête ou dévorant un morceau de bœuf, aujourd’hui fini de servir, fini d’honorer, le laurier se sert il s’honore ! Mais vous qui connaissez la chanson, vous savez bien qu’il ne perd rien pour attendre, les agités du bonnet à cocarde demain se promèneront et juste après nous pourrons tous chanter « nous n’irons plus au bois », les lauriers seront coupés !

27545372_1549549285160685_7428698422463529157_n

%d blogueurs aiment cette page :