Paul Beaupère. Un ordinaire de Supers-héros.

Archive for mars 2018|Monthly archive page

7 germinal

In Trucs et machins. on 27 mars 2018 at 21 h 34 min

7 germinal, 27 mars, le bouleau (Habib)

Reconnaissons-leur au moins cette qualité, quand ils ont décidé de s’y mettre, nos amis cocardiers en abattent. Pas effrayé pour deux sous par les cadences infernales, les voilà qui bûchent et rebûchent, qui bossent et rebossent qui buttent et rebuttent, chez ces gens-là monsieur, on ne chôme pas, on travail ! Chez ces gens-là monsieur, le boulot ne fait pas peur. Alors, donner ce jour à cet arbre dont le nom est « travail », comment aurait-on pu faire mieux. Le savaient-ils, ces cocos qui coupaient des cous comme d’autre s’occupent à faire des sodokus, que travail, qui n’est pas moins qu’un boulot bien élevé, vient en fait du mot latin tripalium qui désignait un instrument de torture ? Voilà qui prend tout son sens pour nos amis qui chaque matin, après avoir embrassé femmes et enfants, allaient pousser sur la planche des corps dont les têtes trop mûres ne demandaient qu’a tomber. Ils s’en allaient au boulot pour le bien faire, ils s’en allaient travailler leur prochain en criant comme le grand Jacques, « Au suivant ! »

Bouleau-coulbouleau

Publicités

5 germinal

In Trucs et machins. on 25 mars 2018 at 16 h 32 min

5 germinal, 25 mars, la poule (Annonciation)

 

Oh ! Je vous vois venir avec vos gros sabots lubriques ! Pas ça chez nous ! Cette poule-là est honorée par des sans-culottes qui ont de la vertu ! Comment avez vous pu, ne serait-ce qu’un instant, croire que la poule du jour avait des plumes en boa quand partout elle en a ! Cette poule-là pond des oeufs, l’autre pas, cette poule là trouves des vers, l’autre les siffle, cette poule-là à des poussins, l’autre préfère les coussins, cette poule là vit le jour au grand air, l’autre aime la nuit les petits salons enfumés ! Voilà vous savez maintenant qu’elle est notre belle du jour ! Allez, vive la poule sans oublier toutes celles qui ce week-end seront en chocolat.

poule

3 germinal

In Uncategorized on 23 mars 2018 at 8 h 51 min

3 germinal, 23 mars, l’asperge (Victorien) 

C’est le printemps, les oiseaux chantent, les bourgeons bourgeonnent et les asperges turgessent. Bonne idée que de donne à ces délicieuses petites choses une journée rien que pour elles. Mais, quand on connaît le tempérament un rien sanguin du révolutionnaire moyen, quand on sait son goût pour faire rouler les têtes, faut il s’étonner que ce dernier, quand il découvrit que l’asperge se butte, n’ai pus résister à donner son jour à cette tige, lui qui toute la journée bute à tout va, ventile, éparpille, disperse… Et voilà notre met, que ce bon La Quintinie fit pousser pour Capet le quatorzième, ce met qui à Versailles était royal, le voilà républicain et non-saint de ce calendrier inventé par des furieux qui à force de couper des chefs n’osaient plus regarder vers le ciel. Allez, en ce jour de l’asperge, allons de ce pas préparer une petite sauce mousseline, ou vinaigrette pour les flemmards et hop, à table !

gs-p-41 -asperge

2 germinal

In Trucs et machins. on 22 mars 2018 at 9 h 24 min

2 germinal, 22 mars, le platane (Léa)Platane-coul

En voilà un qui mérite sa journée. Ce géant qui ombrage les routes de nos vacances, ce vieillard toujours vert qui peut atteindre les 4000 ans et garder toutes ses feuilles quand le révolutionnaire parvenait difficilement à garder sa tête plus de quelques mois. C’est à l’abri de son ombre que se passent les journées les plus chaudes des étés rêvés de nos enfances si lointaines. Alors que le printemps tarde à pointer le bout de ses feuilles, il faut bien reconnaître un petit tort à ce phare des routes estivales, ce grand débonnaire est un rien flemmard, il ne sort ses feuilles que très très tard. Allez, un verre, deux glaçons et ce que vous voudrez de liquide, un platane, du soleil et vive les vacances. Il est possible qu’à son ombre même les plus furieux des coupeurs de têtes aient fait une pause et laisser à quelques ci-devant leurs têtes en place un peu plus longtemps.

arbres-platane

Aujourd’hui c’est…

In Trucs et machins. on 20 mars 2018 at 15 h 35 min

c'est le printemps-01c'est le printemps-02c'est le printemps-03

30 ventôse

In Trucs et machins. on 20 mars 2018 at 11 h 26 min

30 ventôse, 20 mars, le plantoir (Printemps)

Dans ta gueule le plantoir ! Y a-t-il au monde objet plus révolutionnaire que celui-là ! Prenez un crâne obtus, un ci-devant qui regarde en arrière, d’un coup de plantoir faites y un trou gros comme un doigt, la chose est aisé l’objet est bien étudié. Puis, dans ce crâne maintenant ouvert aux idées nouvelles, plantez la graine des ces lendemains qui chantent et sans attendre, passez au suivant ! Ah, quel bel objet que ce plantoir…

plantoir

29 ventôse

In Trucs et machins. on 19 mars 2018 at 11 h 05 min

29 ventôse, 19 mars, le frêne (Joseph)
L’un a la tête dure, l’autre le bois ! L’un aime faucilles et marteaux, l’autre fournit les manches (c’est toujours mieux d’être du côté du manche). Ces deux là étaient faits pour s’entendre. Ils allaient, manche dans la main, ensemble, faire tomber ce monde ancien et regarder naître des lendemains qui chantent. Mais voilà, l’un comme l’autre, le distrait qui se promène cul à l’air et celui qui dresse ses feuilles vers les cieux de nos campagnes, l’un comme l’autre, ils portent dans leurs noms l’assurance de ne point vivre vieux. Le révolutionnaire appel à ce que la roue tourne, semblant ignorer qu’elle tournera aussi pour lui et l’écrasera dans le mouvement qu’il aura initié. Quant au frêne, « Fraxinus » en latin il est celui qui attire la foudre… Et chacun sait ce qui se passe quand la foudre vous frappe, ça ou la lame oblique du rasoir républicain, c’est bonnet phrygien ou phrygien bonnet. Alors, avant qu’il ne soit touché par les dieux, fêtons le frêne, car c’est aujourd’hui sa journée.

25 ventôse

In Trucs et machins. on 15 mars 2018 at 9 h 46 min

Thon rouge25 ventôse, 15 mars, le thon (Louise)

 

Celui-là ne se croise pas tous les jours au coin du chemin, ou alors il faut avoir des palmes aux pieds et pour habitudes les fonds bleus de l’océan. Comme le révolutionnaire, il vit en groupe, l’un se déplace en bande, l’autre en banc. Chez l’un il y a des arêtes, chez l’autre on finit toujours par tomber sur un os, qui bien souvent est celui de la discorde. Discorde que le révolutionnaire a pour habitude de résoudre en tranchant, non pas le nœud gordien, mais le cou de celui avec qui il n’est pas d’accord. Mais revenons à notre thon. C’est donc sa journée, il se voit déjà en haut de l’affiche, se rêve trônant à l’assemblé ! Pardon, de quel rêve parlons-nous, de trône ?

— Cet animal-là serait donc un suppôt de l’ancien régime, quelque adorateur du Capet ? Poisson félon, il convient de te traiter comme tu le mérites ! S’enflamme sur sa montagne l’amateur de puzzle en deux morceaux.

Ainsi, alors que par charrette entière s’en allait des ci-devant offrir leurs tête au peuple, pour certains il faut dire qu’elle en valait vraiment la peine, les thon eux furent aussi promptement découpés et mis en boîte. Là ou l’on se rend bien compte que l’acte est révolutionnaire, c’est que, jamais au grand jamais, on ne vit la tête d’un thon dans sa boîte, preuve que celle-ci a bien été écartée de violente façon. Amis thon, ce jour est le tien, comme la corde est au pendu, le fleuve au noyé… C’est ton jour thon, mais ce n’est pas ta fête.

Thon rouge

Plus me plait…

In Uncategorized on 14 mars 2018 at 9 h 56 min

Voilà, c’est là que ça se passe. La Loire coule à nos pieds et pourtant c’est nous qui sommes aux siens. Depuis Joachim chacun sait bien que c’est là qu’il faut être, que c’est là qu’on est vraiment.29178012_1593699597412320_4367186432347865088_n

24 ventôse

In Trucs et machins. on 14 mars 2018 at 9 h 20 min

24 ventôse, la pâquerette…
Ami des petites fleurs des champs, ami de la poésie simple et des joies enfantines, ce jour est le vôtre. Aujourd’hui, célébrons cette enfant de la prairie, cette bonne fille de la campagne et fidèle compagne de l’humble mauvaise herbe. Elle que l’on aime à effeuiller, oh, je vous vois venir avec vos grosses Louboutins, vous allez me jeter à la figure vos marguerites par brassées… Mais, moi qui vous parle, moi dont les joies sont simples et les plaisirs modestes c’est sur cette pauvresse de prés que j’ai testé mes amours débutantes pour, plus souvent qu’a mon tour, finir sur le fatidique « pas du tout ». Écologiste avant l’heure, le révolutionnaire se refuse à martyriser cette délicate qui ne lui a rien fait, ainsi, pour tester son amour, le révolutionnaire est aussi capable d’amour, ce n’est pas la chose qui est la plus évidente chez lui, mais sachez qu’il y eut des Robespierre lecteurs de Barbara Cartland, des Danton qui pleurèrent sur Céline Dion et autres Marrat qui s’évanouirent devant la trop évidente beauté plastique de « Plus belle la vie »… Aussi, et ceci dans l’unique but de préserver des fleurs sans défense, les romantiques aux bonnets cocardés préférèrent-ils à coup de lame oblique jouer à « il m’aime, un peu…. » Les pétales restèrent en place tandis que les têtes roulaient dans la sciure… Allez, bonne fête à toutes les pâquerettes !

Paquerette-coul

22 ventôse

In Trucs et machins. on 12 mars 2018 at 21 h 07 min

persil-feuille22 ventôse, 12 mars, le persil (Justine)
Certains l’aiment plat, d’autre frisé, ma grand-mère en raffolait avec les betteraves. Le persil est notre fêté du jour. Mais savaient-ils, les cocardiers à baïonnettes, que cette petite herbe de rien du tout, à paraît il le pouvoir de rendre plus rouge le sang ? Alors, persil pour tous et vermillon sur la place, quand une herbe simple peut rendre plus beau encore le spectacle de bon docteur Guillotin, pourquoi s’en priver ? Mais du coup, une question persiste… Plat ou frisé ?

Le langage des fleurs…

In Actu-book. on 9 mars 2018 at 11 h 16 min

Le plus souvent vous les dégustez plus mûrs, saurez vous reconnaitre ces légumes quand ils ne sont encore que fleurs?
(Attention y-a un piège)

Quelle journée?

In Actu-book. on 9 mars 2018 at 11 h 03 min

Bon, hier c’était la journée du droit des femmes, demain c’est celle du Tibet et aujourd’hui… Rien, pas de journée, une sorte de trou intersidéral et temporel. Alors, dans ma grande bonté et l’immense générosité qui est la mienne, pour ne pas vous laisser dans un désarroi légitime et générateur de bien des maux, je vous propose une journée de l’herbier ! Pourquoi me direz-vous ? Pourquoi pas ! vous répondrais-je avec cet a-propos qui me caractérise et fait de moi cet adversaire redoutable dans les échange de fin de dîner ou sur les canapés des boîtes de nuit. Mais surtout, parce que sort aujourd’hui mon herbier chez Fleurus, j’y ai gardé la moitié de celui paru il y’a deux ans et ajouter une autre moitié toute neuve toute belle. Vous adorez l’artichaut, le basilic vous fait des effets de dingues, la courgette est pour vous comme une amie, le haricot vous fascine, le fenouil est dans votre cuisine comme Zeus chez les Grecs, la pomme de terre trône dans vos menus comme le grand Luois le fit à Versailles ? Alors ce livre est pour vous, pour votre grand-mère, pour vos enfants, pour les petits enfants de votre grand-mère, pour vos petits enfants, pour les enfants de vos enfants, il est pour tout le monde ! Ruez vous dessus, faites-vous livrer de la terre, des bacs en plastique, achetez des pelles des sarcloirs, des racloirs, des battoirs s’il le faut, grâce à moi, vous allez passer à bien plus de cinq fruits et légumes par jours ! Alors, merci qui ?
(Plutôt que d’aller chez le grand Jeff, qu’est pas tout seul mais qu’est quand même numéro uno, allez donc chercher vos livres par là, c’est mieux.)

https://www.placedeslibraires.fr/livre/9782215137344-mon-herbier-feuilles-fleurs-et-fruits-des-jardins-et-des-forets-paul-beaupere/

200 pages, plus de 800 dessins

In Actu-book. on 7 mars 2018 at 11 h 07 min

200 pages, plus de 800 dessins, des effets de typo presque toute les pages, du suspens, de l’émotion, un chien, un méchant qu’est pas gentil, des gentils qu’on sait pas au début qui sont pas méchants, des escaliers, en bref, tout ce qu’il faut pour passer un bon moment au 88 rue du Renard Timide.
Voilà, je viens d’envoyer les derniers dessins du tome 2 du journal d’un baby-sitter. À suivre.

Y-a des lundis comme ça.

In Actu-book. on 5 mars 2018 at 13 h 18 min

La vague impression d’avoir un le train d’Harry-Potter entre les deux oreilles et découvrir que cela n’a rien de magique. Penser toutes les huit secondes aux chutes du Niagara en finissant un nouveau paquet de mouchoirs et être sûr que ça, c’est bien merdique. Tousser comme un dragon asthmatique et à chaque foi sentir entre les deux oreilles le train de Potter qui fait des embardées. Bon, voilà, ça, c’est lundi matin… Mais, y-a pas que du mauvais ! La poste est passée ! Elle a laissé des paquets, des livres, les miens, que c’est moi que je lai ai un peu fait avec mes petits doigts et mon cerveau avant qu’il ne soit liquide. Alors, y-a un herbier, qui est une sorte de reprise avec changement de la moitié des planches de celui que j’avais fait il y a trois ans. Il est tout beau, plein de tops dessins qui ne sont pas tous de moi. Moi j’ai fait les poireaux et le persil. Et puis il y a aussi un petit livre tout rond, tout bon, qui raconte l’histoire d’un dragon qui cessera des grignoter des moutons pour se mettre au potiron et faire plaisir aux environs. Voilà… Alors, finalement, elle est pas belle la vie ? J’ai donné le truc du dragon à mon cerveau ça devrait l’occuper un moment. Je vais faire bouillir quelques pages de mon herbier, je suis sûr que ça fera une tisane top contre la crève ! Allez, vivement lundi prochain !

%d blogueurs aiment cette page :