Paul Beaupère. Un ordinaire de Supers-héros.

Posts Tagged ‘Critique’

C’est un peu court

In Actu-book. on 18 mars 2014 at 23 h 46 min

Un dernier pour la route! Alors comme ça je fais des phrases trop longues… Vous me direz d’autre font bien le zouave!

Alors, c’est rien que pour mon ami Stan… Voilà ma dernière critique. Avant d’autres trucs.

logoChallenges

Challenge’s
Dis monsieur, tu ne pourrais pas les faire un peu plus courtes, tes phrases !

Le modèle est étonnant. Pas d’auteur, pas connu en tous cas ! À peine une histoire. Pas de héros. À peine un livre. Le lecteur se fait rare, les auteurs sont innombrables. Celui est nouveau, pas jeune c’est sûr. Comment vivre de son art, si art il y a ? Voilà la question que pose ce livre. « Les folles aventures de la famille Saint Arthur ». Tout est dans le titre. Segmentation du lectorat, pas de Kevin chez ces gens-là. Une année à l’école, trois trimestres très primaire. Des mots des mots, à croire qu’ils ont gratuits ! Des phrases à suivre, mais pas d’idées. L’écran tue le livre nous dit on. Il est des livres qui le font aussi. Six lecteurs à prévoir, huit si l’auteur à des amis. Il en perdra deux en ce cas là.

Stan Alabarbe (comme l’empereur)

Publicités

Et voilà…

In Actu-book. on 18 mars 2014 at 20 h 05 min

Voici

logo_voici_video

Scandales dans l’édition

 

Alors que dans deux jours s’ouvre le Salon du livre, un scandale ébranle le monde feutré de l’édition parisienne. On parle de critiques de complaisances, de copinages de petits arrangements, de copains et coquins… Un auteur, dont par charité nous tairons le nom, un nom totalement inconnu qui plus est, cet auteur donc, aurait fait circuler sur le net des critiques de son livre complaisamment écrites par lui même ! Dans un milieu ou les auteurs n’écrivent pas souvent leurs ouvrages, ou les critiques ne les lisent que très rarement avant d’en parler, dans un monde ou l’on respecte trop l’écrit pour le commettre et, ou les cris se chuchotent le soir dans des émissions télévisées de quatrièmes parties de soirée, cette révélation fait l’effet d’une bombe ! La déflagration est d’autant plus violente que n’ayant atteint personne chacun se sent légitime pour hurler sa douleur et sa rage ! Trahison crient les auteurs, impostures aboient les critiques ! Avoir trahie la confiance des lecteurs que l’on n’a pas eue pour gagner celle de ceux que l’on n’aura pas ! La chose apparaît pour ce quelle est ! Monstrueuse !

Notre journal, qui toujours plus haut hisse la vérité comme la plus grande des vertus commerciales, nos journalistes dont le professionnalisme n’a d’égale que l’éthique et la hauteur du piédestal sur lequel ils ont placé leurs égos, nos journalistes donc, au péril de leurs vies de celles de leurs enfants de leurs femmes de leurs chiens et même, juger du sacrifice, au péril de la vie de leurs belles mères, nos journalistes groupés autour de l’amour du métier comme les grognards de Grouchy ultimes carré autour de l’empereur, nos glorieux plumitifs osent ici révéler ce que chacun craignait sans oser se l’avouer : L’auteur des critiques parues ces derniers jours dans divers titres de la presse nationale au sujet du livre « Les folles aventures de la famille Saint Arthur », cet auteur ce confond avec celui du livre avec qui il ne fait qu’un, en l’occurrence lui même !

Dussions nous chez Voici y risquer notre vie nous n’avons pas hésité à vous faire cette brûlante révélation, puissiez vous vous en souvenir au soir de votre vie, ou de la nôtre !

Que Gutenberg bénisse notre profession et que Robert-Houdin la protège !

 

Théophile Tekouché

C’est pas si grave

In Actu-book. on 18 mars 2014 at 9 h 30 min

Mais ou vais-je chercher tout ça me direz vous?
Dans la presse, mes amis dans la presse. Enfin, c’est ce que je crois? Pas vous?

Unknown
Paris Match.

Les gens heureux n’ont pas d’histoire as t’on l’habitude de dire, c’est peut être vrais chez les adultes, mais pas chez les enfants. Nul prince en goguette nulle star de cinéma amoureuse pas de crimes crapuleux ou d’accidents terribles, ici les mots sont légers et les photos douces. Avant de lâcher vos têtes blondes ou brunes dans nos colonnes, laissez les donc rêver un peu laissez les donc faire provision d’insouciance et d’innocence, il sera toujours temps plus tard de découvrir le choc et le poids des choses de la vie. La famille Saint Arthur sera le guide idéal pour découvrir, en même temps que les premiers bonheurs de lectures, la possibilité d’un monde qui sourit.

William Beauceux

Se faire des couettes au cœur

In Actu-book. on 17 mars 2014 at 20 h 17 min

Critiques suite, et fin ?

Elle.

elle-entete
Se faire des couettes au cœur.

J’aurais aimé aimer ! La petite file que j’ai été l’aurait sans doute lu ! Mais pourquoi fallait-il que la petite fille grandisse et devienne une femme. Je l’ai lu, mais il faut reconnaître que c’est mon métier et que j’ai pour deux sous de conscience professionnelle. J’adorerais vous dire que j’ai détesté, mais comment le faire sans renier l’enfant que j’étais ? Alors, ensemble faisons un pacte, je vous dis que j’ai aimé, mais ne le dites à personne. Je l’ai donné à ma fille, mais sans le dire à mon mari ni surtout à ma rédac-chef. Croyons ensemble que c’est un livre progressif, un roman à la gloire de la femme qui conquiert le monde, imaginons que chaque ligne est un hymne au MLF, et puis oublions tous, attrapons notre doudou, faisons nous des couettes, attrapons des choco BN et hop, filons au pays de notre enfance. En tous cas moi, je file vers mes huit ans et tant pis pour la féministe que je serais plus tard !

Caroline Feuouest

Un dimanche chez l’amer

In Actu-book. on 16 mars 2014 at 17 h 16 min

Dimanche c’est l’Huma dimanche qui s’y colle, et moi, j’aime ça!

logo_humanite_dimanche

 

Un dimanche chez l’amer

 

Rien à voir dans ces pages, rien à lire dans ces lignes, passez votre chemin ! Ami lecteur, ami du progrès et des forces qui vont, ne posez pas les mains sur cet objet indigne de bénéficier des découvertes de Gutenberg ! N’obligez pas vos enfants à revenir deux cents ans en arrière. Non camarade, la lutte n’est pas finie et, s’il n’y avait qu’une raison de remercier l’auteur des folles aventures de la famille Saint Arthur, ce serait celle-là, nous rappeler à chaque ligne la nécessité de continuer notre action et l’objective utilité qui est la notre ! Lecteur averti de tous les pays donnez vous la main et, de ce pas alerte qui est celui de l’avenir qui s’avance en se penchant sur nous, avancez dans la lumière radieuse des lendemains qui chantent au son de votre journal préféré !

 

Alexis Bery

%d blogueurs aiment cette page :