Paul Beaupère. Un ordinaire de Supers-héros.

Posts Tagged ‘Prairial’

Aujourd’hui, 30 prairial! Ne l’entendez vous pas?

In Trucs et machins. on 18 juin 2015 at 8 h 34 min

Amis des déplacements rapides, amis des véhicules modernes et de la vitesse, amis du vent dans les cheveux, du vrombissement du moteur, de l’odeur d’huile chaude et du fumet délicat de l’essence, ce jour n’est pas le vôtre! En effet, aujourd’hui ce sont les « Chariots » qui sont à l’honneur. Nostalgique des départs vers les grandes plaines de l’Ouest, cinéphiles amoureux de ceux qui sont en feux, accrocs de ceux que l’on pousse dans les rayons, cette journée est la vôtre! Nos amis qui connaissent le sens de l’histoire vous offrent aujourd’hui le moyen d’aller dans le bon sens sans pour autant user vos semelles! Révolutionnaires aux pieds fragiles, Girondins à l’arpion sensible, jacobins aux nougats capricieux, vous qui préférez les transports qui font avancer le monde sans négliges ceux qui font perdre la tête, je vous offre ce jour, en voiture camarades, le chariot est avancé!

Pour ceux qui, mauvais esprits, pensent que ce jour est celui de la pelle… C’est en général ce que l’on dit, « la pelle du 18 juin », sachez que ce noble instrument, cet ami du travailleur agricole, du fossoyeur et du pâtissier, est fêté le 30 frimaire (20 décembre).

gs-p-68 - copie copie haquet - copie copie

Aujourd’hui, 27 prairial… Sainte tisane !

In Trucs et machins. on 15 juin 2015 at 8 h 50 min

Amis des grands soirs, amis des envolées lyriques et des chants entêtants autant que des gens détêtants, amis des boissons d’hommes et des soirées virils… Aujourd’hui, le calendrier de nos glorieux ancêtres à la pique rageuse célèbre la verveine ! Charmante petite plante qui serait diurétique, il n’y point que le sang et les larmes que les hommes nouveaux ont su faire couler, antipyrétique, n’accusent pas à tort ces bouillants larrons de tout vouloir faire exploser à coup de fièvres révolutionnaires, astringentes, là il faut bien le reconnaître la verveine révolutionnaire avait un coté un rien crispant pour les muqueuses, surtout celle de la gorge, surtout au moment ou s’abattait la lame finale… Encore une minute monsieur le bourreau que nous puissions partager ensemble une tisane amicale.

verveine

Aujourd’hui, 19 prairial , une tisane et au lit!

In Trucs et machins. on 7 juin 2015 at 11 h 15 min

Aujourd’hui, le tilleul ! Aujourd’hui, 19 prairial !

C’est un beau jour que celui-là, un jour pour aller piqueniquer, pour aller commencer l’été sous l’ombre des tilleuls, et pas le finir comme l’écrit si bien Kleber. Voilà un bien bel arbre pour un bien beau jour, le fournisseur officiel de nos nuits calmes est fêté par ceux qui nous firent des années de tempête ! Allez, laissons tomber les bonnets d’affranchi, passons le rasoir sur nos joues et non plus sur nos cous, dansons tous ensemble sur d’autres airs que celui de la carmagnole, embrassons nous Folleville et puis, une tisane et au lit !

tilleul-arbre-coul tilleul-coul Tilleul

17 prairial! Un sureau pour surin!

In Trucs et machins. on 5 juin 2015 at 9 h 07 min

Amis du rasoir national, fanatique du bonnet sans pompon, cocardier de toutes les provinces, admirateurs sans nuances des lendemains qui chantent et des surlendemains qui dansent, adorateurs des tables rases et des dieux de la raison, aujourd’hui, 17 prairial, c’est le jour du sureau!

Alors là, allez vous me dire avec cette emphase qui vous caractérise, alors là, ça nous fait une belle jambe, une de celle qui permirent à la Sorel de bien le descendre ou à Oscar, de la descendre aussi. Alors là me direz-vous que vient faire cet arbrisseau puant dans tout ça! (Il est vrai que le sureau sent facilement mauvais de sous la feuille, preuve s’il en faut que c’est un honnête travailleur) Je vous dirais qu’il fournit un fruit qui lui-même fait un sirop au vertues pour la gorge à nulle autre pareille! Vous me répondrez que les gorges vous les soignez grâce à ce bon docteur Guillotin! Alors j’implorerais la magie, je sortirais Harry du bois, je parlerais de « la baguette » la seule, l’unique, la baguette de sureau que l’on nomme également « le bâton de la mort » et là je vois poindre une lueur d’intérêt dans le fond de votre oeil si froid, si morne! Cet inoffensif arbre des champs, ce petit compagnon d’un modeste quotidien, ce petit d’entre les grands, ce nain chez les géants, ce ridicule sou les chênes les châtaigniers et autres prétentieux millénaires, le voilà devenu meurtrier et vous voilà devenus heureux! Allez amis du sureau ce jour est le votre, et preuve est maintenant faite que vous avez avec vous celui dont on ne doit pas dire le nom!

sureau

%d blogueurs aiment cette page :